Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 31 janvier 2008

THE 11 HOUR

C’était hier soir chez Pierre Cardin, entre les Champs Elysées et l’Avenue Montaigne, la cravate était obligatoire (ça tombait bien, j’en avais justement une autour du coup)
Narré et produit par Leonardo Di Caprio, réalisé par Leila Conners Petersen et Nadia Petersen ce documentaire traite des impacts à moyen et long terme de la dégradation constante de notre environnement… Des images choc, argumentées par ce qui semble être d’éminents chercheurs, physiciens, philosophes, metérologues, historiens, nous démontrent A+B que la terre court à sa perte dans un futur proche si rien n’est fait pour renverser la tendance actuelle. Se diriger vers des énergies non poluable, quitter la logique de croissance industrielle basé sur la sur consommation d énergie non renouvelable comme le pétrole, pour se concentrer laisser notre planete respirer et repartir sur de bonne base.
Et pourquoi je vous en parle ?
Parce que vous ne triez jamais vos déchets ?! Non…(mais bon on en parlera la prochaine fois que l’on se verra, je vais pas laisser passer ça !)
Tout simplement parce que ce documentaire spectaculaire a été financé en grande partie par Pierre André Sénizergue, qui n’est autre que le président directeur générale de és, etnies, Emerica… Ce documentaire présenté au ministére de l’environnement quelques jours avant, avez généré dans la presse, notamment dans Le Monde, le doute sur l’authenticité de l’investissement personnel de Leonardo Dicaprio et Pierre André Sénizergue (entre autre)
La petite conférence qui a suivi le documentaire hier soir, ne laisse aucune place pour ses propos et Pierre André a su démontrer qu’a son niveau de chef d’entreprise il avait fait des choix vert dans sa ligne de production (colle a l’eau et non pétrole, emballages recyclés…), dans l’organisation du travail (favoriser le co-voiturage) depuis de nombreuses années, actes lui donnant une crédibilité à toute épreuve…
Malgré, la présence de quelques "peoples", de la télé et de vagues journalistes, la soirée est restée sobre trés loin du néo bling bling parisien habituel. On en redemande !
Le skate sa méne à tout…
le trailer ici
le site ici
UN DOCUMENTAIRE A VOIR ABSOLUMENT !

lala la li !

C’est comme une chanson qu’on aurait pas du écouter.
Un logiciel qui démarre trop tard.
Un plug in incompatible.
Eugéne, on t’aime.
J’ai une roue carré mais toujours trois autres rondes, une bouteille de biére et une cigarette à la main.
Qui suis je ?
Un skateboarder parmis tant d’autre, je reve de parution, de vidéo et de tricks non rentré.
Familiarité, elles sont immenses.
Mur d'escalade, je grimpe vite.
Facilement je vous rejoint, facilement je vous quitte.
Qui suis je ?
Je jou avec les fréquences, fantasmagorique, je suis un ordinateur qui bug, le mode debuger de safari puis je me transforme en 16 mm.

Les rushs arrivent, bienvenue.



Unfinished and Abandoned